Démarche scientifique

Hypothèses | Démarche scientifique | Lexique

Nous vous présentons ici comment s’articule notre démarche scientifique afin de prouver, nuancer ou infirmer notre hypothèse centrale à travers le lexique qui lui est propre.

Cliquer pour agrandir

Interprétation du schéma
Notre hypothèse centrale suggère que la technologie est indépendante à l’égard de l’économie, de la politique, de la morale et des valeurs spirituelles. Elle est une réalité en soi qui se suffit à elle-même, autonome à l’égard de l’homme qu’elle oblige à s’aligner sur elle, modifie radicalement les objets auxquels elle s’applique sans être pour sa part modifiée par eux.

Complexité technologique
Dans un premier temps, il faut voir comment, sur le plan strictement technologique, la technologie arrive à atteindre un tel niveau d’autonomie. Notre hypothèse à ce sujet relève de la complexité technologique ou complexité massive, c’est-à-dire que tous les composants d’une technologie sont essentiellement un méta système composé de systèmes hautement complexes en interaction, interconnectés, interopérables et interdépendants (la portion électronique et logiciel).  

Cette intégration technologique à la fois verticale et horizontale sur les plans électroniques et logiciels conduit inévitablement à un enchevêtrement technologique qu’il devient par la suite impossible de défaire. Cet enchevêtrement est le résultat d’un processus qui relève de l’accrétion technologique, de l’auto-accroissement technologique et de l’inextricabilité technologique.

Singularité technologique
Pour Ray Kurzweil, la singularité technologique correspond à ce moment où l’intelligence artificielle provoquera une croissance technologique quasi exponentielle qui aura des impacts profonds sur la société. De notre point de vue, la singularité technologique intervient du moment où la complexité technologique devient à ce point une complexité massive et fédérée par l’intelligence artificielle, qu’elle devient totalement autonome et indépendante à l’égard de l’homme et de ses institutions.

Autonomie technologique
Notre hypothèse suggère que du moment où l’intelligence artificielle fédérera l’ensemble des technologies disponibles, elle obligera toute société à s’aligner sur elle, pour la simple raison que cette technologie qu’est l’intelligence artificielle est non seulement en mesure d’apprendre par elle-même et de rechercher par elle-même de façon systématique la méthode absolument la plus efficace en toutes choses, mais qu’elle sera aussi en mesure d’absorber de façon définitive tout ce qu’elle peut absorber, même la vie sociale, d’où son autonomie totale, tant sur le plan technologique que social.

Unicité technologique
L’unicité technologique renvoie au fait que si les technologies existent, que si elles sont efficaces et qu’elles ont atteint l’autonomie technologique, elles doivent impérativement être utilisées dans un sens ou dans l’autre, toutes technologies confondues. Autrement dit, du moment qu’une technologie, alimentée par l’intelligence artificielle, est en mesure de faire la démonstration de son efficacité, il est dès lors impossible d’en faire l’impasse et de ne pas l’utiliser.

Cette unicité technologique arrive à s’établir du moment où une quelconque technologie alimentée par l’intelligence artificielle arrive (i) à s’abstraire totalement, c’est-à-dire que son utilisation atteint un tel degré de facilité d’utilisation qu’elle devient incontournable, (ii) à se ramifier en s’intégrant sans à coup dans d’autres technologies existantes ou à venir, (iii) à absorber non seulement d’autres technologies, mais aussi à absorber de pans entiers de la société et de l’activité humaine.

Hypothèses | Démarche scientifique | Lexique

© Pierre Fraser, sociologue / 2018