Le Père Noël et la candeur des enfants

| Techniques photographiques

Permettez-moi tout d’abord un commentaire du photographe Henri Cartier-Bresson : « La photo, c’est la concentration du regard. C’est l’œil qui guette, qui tourne inlassablement, à l’affût, toujours prêt. La photo est un dessin immédiat. Elle est question et réponse »  (Entretien avec Henri Cartier-Bresson, 1975).

En ce qui concerne le fait de photographier les enfants, il s’agit définitivement de l’œil qui guette. Lors du réveillon de 2015, j’ai tenté de saisir la relation que les très jeunes enfants entretiennent avec le Père Noël. Il m’importait tout particulièrement que chacune des photos que j’allais prendre soit à la fois question et réponse. Question, dans le sens de « quelle relation le très jeune enfant entretient-il avec le Père Noël lorsqu’il lui donne des cadeaux ? ». Réponse, dans le sens où la photographie doit elle-même suggérer la réponse. De plus, l’avantage avec les jeunes enfants, c’est que, la plupart du temps, ils sont totalement indifférents au fait d’être devant une caméra. Même plus, ils l’ignorent la plupart du temps. Ce faisant, il devient possible de capturer leur véritable essence dans cette relation avec le Père Noël sans artifice aucun. Les trois photos ci-dessous tentent donc de traduire la question et la réponse.

▼ Se blottir contre le Père Noël, l’écouter décrire le cadeau
Le Père Noël et l'enfant : © Pierre Fraser, 2015

▼ Quand la curiosité pour le cadeau l’emporte sur l’intérêt pour le Père Noël
Le Père Noël et l'enfant : © Pierre Fraser, 2015

▼ Veiller tard est épuisant, n’est-ce pas Père Noël ?
Le Père Noël et l'enfant : © Pierre Fraser, 2015

| Techniques photographiques

© Pierre Fraser (Ph. D.), 2015, (textes et photos).

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.